Reprise de service

Madame Polony,

Je m’adresse à vous ici pour la simple et bonne raison que les propos que vous avez tenus dans l’émission que vous co-animiez le samedi 23 juin m’ont profondément heurté.

Dans les temps reculés où l’imprimerie s’est développée, on a accusé le roman de pourrir l’esprit de la jeunesse, comme l’illustra Cervantès dans Don Quichotte. Au début du siècle on a accusé le cinéma de la recrudescence de violence, tant les gangsters des années 20 étaient souvent portés au grand écran. On a accusé le jazz de la dissolution des mœurs. Dans les années 80, ce fut la bande dessinée japonaise accusée de tous les vices, le jeu de rôle considéré comme un passe-temps de sataniste et le rap une musique de sauvages.

 

Et nous voilà.

 

Bien plus qu’un de mes loisirs favoris, vous vous permettez d’attaquer et de salir, sans même le connaître, ce qui fait ma passion et mon gagne-pain. Comprenez que cela me touche

 

Je suis graphiste de formation, et j’aime mon métier plus que tout au monde. Ma seule préoccupation dans l’exercice de ma fonction est de procurer du plaisir à celui qui utilisera mon jeu. Comprenez donc que quand on colle sur le dos de  ma profession l’étiquette de pourvoyeur de l’immoralité et de l’insécurité, je pense qu’il est nécessaire que quelqu’un réponde. Ce n’est cependant peut être pas à moi, grouillot anonyme d’élever  la voix, mais si il est une chose dont je suis certain est que le jeu, vidéo ou pas, est quelque chose d’important et de précieux. Le jeu est un art. C’est l’art de l’interaction, l’art d’écrire des règles, c’est quelque chose de subtil, fin et de délicat et un bon jeu, pour le connaisseur, est aussi difficile à trouver qu’un bon film.

 

D’ailleurs, on s’enferme bien plus dans un film ou dans un livre que dans un jeu. Ces deux premières activités sont bien plus solitaires, et je peux vous assurer que le joueur est bien moins isolé que ce vous pouvez imaginer. Le joueur aime la compétition et aime comparer sa performance à celle de ses pairs. Le jeu est fédérateur, et un instrument de socialisation. On a peur pour ces jeunes qui passent des heures devant leur écran en jouant à distance avec leurs camarades, mais est-ce très différent d’un sport ? Je crains plus ceux qui se massent dans les stades avec banderoles et drapeaux.

 

Maintenant, si vous estimez qu’il provoque un enfermement, c’est aussi parce qu’il a une constituante que la vie n’a pas : le jeu est juste. Quand il est bien fait, un jeu récompense une qualité, et si on ne gagne pas, c’est parce qu’on n’a pas cette qualité et cela fait que certains vont trouver un refuge parce que leur vie devient trop dure ou trop difficile à gérer.

 

Dites vous alors que le jeu devient sans doute un problème pour ces personnes en particulier, mais que le jeu n’est pas la cause de leur retrait de la vie sociale, mais la conséquence d’un profond malêtre. C’est un symptôme, et non un mal.

 

De plus, vous affirmez que le livre de MM Pelletier et Pontaut réhabilitent Mme Manaudou, et je pense sincèrement qu’il n’en est rien. Ce message « supprimez ces jeux vidéo à la c.. Et ça ira déjà mieux », et non pas « jeux de guerre », comme vous le citez dans l’émission, et bien cette saillie de la nageuse et mère de famille a été émise à chaud, sans élément permettant de lier les actes de Merah à une potentielle pratique du jeu vidéo.De plus, il me semble, comme l’a souligné votre camarade Mme Pulvar, que cette pratique est très anecdotique dans le comportement du criminel, que je pense guidée par le désir de copier la façon de faire d’Al Qaida, et que si il a utilisé le jeu vidéo dans sa préparation, c’était à des fins de simulation, ce qui signifie que les jeux ne l’ont pas influencés dans sa démarche, mais ont été instrumentalisés par celle-ci. Ils n’ont pas fait de lui un homme violent.

 

Maintenant, encore une fois, il y a une violence dans certains jeux vidéos, mais une violence cathartique, guérisseuse, et vouloir censurer cette violence parce qu’elle ne convient pas à tous a aussi peu de sens que de vouloir interdire l’entrecôte parce que les bébés ne peuvent pas la mâcher.

 

Bien à vous,

Lord friteuse, chevalier de Végétaline

 

Pour mémoire :

 

Message de service.

Bonjour, ceci est la nouvelle version de vegetaline.fr, toujours tenue par LordFriteuse.

Pour des raisons techniques et pour plus de simplicité, une grande migration vient d’avoir lieu à l’instant, passant d’un vieux logiciel à un tout nouveau produit top génial.

Rien que ça. Mais je laisse le maître des lieux se charger du reste. Moi, je fais juste la plomberie.